Plume et Kalam - Abdelkarim Belkassem

24 avril 2018

Les vidéos de Doudeville

CCCChqdefault

Des moments partagés .

 

 

Abdelkarim Belkassem

hhhhhhqdefault

Posté par Bakrim76 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 avril 2018

Doudeville , le salon

AFFICHE SALON DU LIVRE 2018

Un très joli lieu accueillant et aéré, l'hôtel de ville .

DSCN1404

Une équipe aux petits soins, qui tôt le matin a privilégié le rez-de-chaussée, plus frais, pour recevoir les auteurs et le public .

Un salon convivial , du café et des viennoiseries, un repas où les plats "traiteur" et la pâtisserie nous ont réconfortés et , en particulier des visiteurs bien décidés à lire.

Une difficulté rencontrée , et c'est la deuxième fois en deux semaines , l'ostensible racisme de certains visiteurs. Il n'y a pas d'autre mot . A Turretot , une bénévole ou non  de  la bibliothèque a acheté des livres chez tous les auteurs, sauf moi. Ici à à Doudeville, deux jeunes femmes ont fait la même chose. Dans un bâtiment public où sur le fronton est écrit en gros , fièrement, Liberté , EGALITE , FRATERNITE .

Elles ne mesurent pas l'humiliation pour un homme, un auteur, un citoyen , au vu et su de tout le monde . Ne nous étonnons pas si les discriminés , en particulier les Arabes et les Africains réagissent négativement devant des attitudes aussi perverses .

J'ai réagi auprès des organisateurs , dont Michel Defrance, adjoint au maire , qui a  su trouver les mots et les actes pour me réconforter et m'apaiser .  Le soleil état devenu très froid subitement.

Il y a encore beaucoup de chemin à faire pour la démocratie et le vivre ensemble .

 

Installation

DSCN1378

DSCN1381

Des échanges

DSCN1379

DSCN1380

Une vue d'ensemble encore calme, le matin

DSCN1386

Les peintures

DSCN1385

DSCN1384

Le salon filmé , vidéos à suivre sur le blog

DSCN1389

Les auteurs, Michel Defrance, adjoint au maire , les ambassadrices de Voix Unies, la reine et sa dauphine .

DSCN1394

AFFICHE SALON DU LIVRE 2018

DSCN1392

DSCN1397

DSCN1395

Abdelkarim Belkassem

DSCN1388

 

 

Posté par Bakrim76 à 11:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 avril 2018

A l'affiche

DSCN1308

Totale surprise lors de la parution du quotidien "Paris -Normandie" du 17 avril 2018 .

En région,  à Saint-Etienne-du-Rouvray.  Lors de la mise  à l'honneur de mon dernier roman "Amina Zouri , une histoire du Maroc"  Editions ThoT, la presse a prévu une affiche .

Photos !

DSCN1307

DSCN1310

DSCN1312

DSCN1314

DSCN1323

Abdelkarim Belkassem

DSCN1313

Posté par Bakrim76 à 00:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 avril 2018

"AminaZouri , une histoire du Maroc" et la presse

9782849214411

Saint-Étienne-du-Rouvray : Amina Zouri, le nouveau roman d’Abdelkarim Belkassem

Publié  le 17/04/2018 22:15

KarimChristianpujol30742650_1992431377450824_5353057314280570880_o

Saint-Étienne-du-Rouvray. Le nouveau roman d’Abdelkarim Belkassem relate l’histoire de sa mère et de son entourage familial au Maroc.

Abdelkarim Belkassem est né à Safi, au Maroc en 1963. Il est installé en France depuis quinze ans. Lorsqu’il parle de sa famille, modestement il indique que, troisième enfant de la fratrie, il est le seul à avoir pu effectuer des études.

Professeur de littérature arabe, son développement culturel est passé par la musique arabo-andalouse, jouant du oud (un instrument proche du luth), dans des orchestres réputés.

Une biographie ethnologique

Sa maman, Amina Zouri, a eu sept enfants, cinq garçons et deux filles. Le récit débute lorsqu’elle a 5 ans : « Ce roman est une biographie ethnologique et une véritable histoire du Maroc », indique-t-il. L’auteur situe son récit entre 1850 et 2017, année du décès de sa mère. Il explique ainsi que sa famille descend du Prophète, que le grand-père de sa mère et son grand-père ont été proclamés saints : « Ils ont réalisé des miracles et pour chacun d’eux un mausolée a été érigé. »

Ce roman fait découvrir une femme forte, insoumise, c’est la matriarche : « Tout cela est la conséquence de son enfance très dure. Très jeune, elle devait, par exemple, parcourir de longues distances, pour apporter du blé à moudre au moulin », précise-t-il non sans émotion. Dans son livre, Abdelkarim Belkassem évoque l’évolution du Maroc et dénonce les injustices des colons et des riches arabes, envers les catégories sociales plus faibles : « Des deux côtés, on cherchait à exploiter les plus faibles et à freiner leurs possibilités d’instruction et d’évolution sociale. »

« Amina Zouri », d’Abdelkarim Belkassem, aux Éditions Thot.

Article et photo de Christian Pujol  de "Paris-Normandie"

pcc Abdelkarim Belkassem

Safi12593964_1677906492498750_945240266905404096_o

 

Posté par Bakrim76 à 00:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 avril 2018

Doudeville , le salon

 

linsans-titre

La capitale du lin nous recevra pour son salon le dmanche 22 avril de 10h à 12 h et de 14h à 18h .  

Mon nom n'apparaît pas parce que j'ai été invité après l'impression de l'affiche !

Le principal, c'est de participer !

 

AFFICHE SALON DU LIVRE 2018

doudevillemairie-de-Saâne-Saint-Just-76730

Doudeville

Abdelkarim Belkassem

 

117449305_o

 

Posté par Bakrim76 à 05:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 avril 2018

Turretot et la presse

 

DSCN1234

Un article de presse :

 

"Réussite du salon du livre de Turretot"

 

"Le Salon du livre est un rendez-vous incontournable pour les amoureux des mots à la recherche d’un nouvel auteur ou d’un nouveau livre. Pour le plus grand bonheur de ces derniers, l’association Un mot, une page, présidée par Astrid Verdière, a réuni trente-cinq auteurs et plusieurs éditeurs pour la 6e édition du Salon du livre à Turretot, dimanche 8 avril.

De nombreux auteurs présents

Et il y en avait pour tous les goûts : romans, livres policiers, anticipation, histoires, BD, biographies, fantastique, récits... Turretot était tout particulièrement représenté par deux écrivains locaux : Jérôme Onof, auteur de 547, et Robert Cottard avec Ma p’tite mémé. Jean-François Rottier, auteur fécampois de Brouillard à l’encre fraîche ou Jeux de misères, Christine Roger avec Escapade manchoise et Yoland Simon, ancien correspondant de France Culture pour la Haute-Normandie étaient aussi présents. Ce dernier a d’ailleurs à son actif de nombreuses pièces de théâtre et des nouvelles comme Du théâtre et des souvenirs. « Robert Vincent » cache en vérité deux auteurs, Christian Robert et Vincent Lissonnet, écrit à quatre mains depuis une dizaine d’années. À leur bibliographie, des romans policiers comme Un Havre de paix éternelle ou Le Baiser du canon. Sur place, Abdelkarim Belkassem présentait aussi un de ses derniers livres, Amina Zouri, une histoire du Maroc, pas seulement biographique mais aussi ethnologique.

Bien d’autres auteurs ont pu parler de leurs livres et les dédicacer aux nombreux visiteurs du salon. L’accueil et l’ambiance chaleureuse font en tout cas de l’événement un endroit apprécié par les lecteurs."

In Paris-Normandie , le 12 avril 2018

Pcc Abdelkarim Belkassem

 

DSCN1241

 

Posté par Bakrim76 à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2018

Alternatives 76 , l'interview

 DSCN1205

La rencontre :

    Abdelkarim Belkassem est un auteur qu'il me tardait de rencontrer, en effet cela faisait maintenant plusieurs années que je suivais tant l'écrivain que l'homme sur les réseaux sociaux, pour ses justes combats, son œuvre littéraire mais aussi son œil de citoyen du monde guéri. L'envie étant partagée, il ne restait plus qu'à trouver un moment, ce qui ne fut pas chose facile, tant la vie    d'un écrivain est faite de travail, de voyages, de salons ... Finalement rendez-vous fut prit avec rouennais d'adoption le jeudi 05 avril 2018 dans la mâtiné. Quel bonheur, venu en compagnie de  son épouse Violette Corfdir, inséparable complice, nous avons conversé des heures durant, de son travail d'écrivain, de celui tout aussi passionnant de musicien, de son parcours, de sa famille,    nous avons échangé sur de nombreux sujets, qu'ils soient artistiques, politiques ou humanistes... sans voir le temps qui passe, et c'est après cinq heure de discussions vers 15h00 que nous nous    sommes quittés, heureux de cette très belle rencontre humaine, avec la promesse de se revoir, mais aussi pour moi une folle envie de me plonger dans son dernier roman : Amina Zouri, hommage à sa    mère, et ouvrage permettant de comprendre une époque, un peuple, sans doute la meilleure introduction à son univers.

    En fait Abdelkarim Belkassem et Violette Corfdir, vous réconcilient en peu de temps avec le genre humain prônant le partage, la découverte, la vie simplement.


La bio :

1 : Une enfance heureuse et différente

    Abdelkarim BELKASSEM est né en 1963 à Safi au Maroc. Et dès son plus jeune âge, il fut bercé avec ses frères et sœurs aux contes populaires, racontés le soir, par sa grand-mère et sa mère, alors que son père travaillait de nuit en tant que gardien. Le début d'une très grande complicité avec sa mère, qu'il qualifie lui-même de "mère-poule", une femme simple, protectrice, aimante, et qui, si elle n'a pas eu la chance de pouvoir apprendre à lire et à écrire, saura donc par ces récits donner à notre auteur le goût des histoires, des mots, de la découverte et du partage.

     

  De trois à cinq ans il fréquentera l'école coranique locale où il apprendra à lire (contrairement à une idée répandue cette école ne traite pas que de religion, bien au contraire, on y découvre la lecture, les mathématiques, l'éducation civique... un passage classique pour tous les enfants du pays qui le peuvent). Cette école, les récits familiaux mais aussi les conteurs de rue, lui donneront l'envie non seulement de lire, mais aussi d'écrire. Parallèlement à ce goût assez inhabituellement précoce pour les mots, le jeune enfant s'occupe des moutons de la famille, développant un lien important avec la nature, et une certaine sagesse inhérente au berger.

     

    Mais n'allez pas croire, qu'il n'avait pas de contact avec la vie "moderne" ou avec le monde extérieur, bien au contraire, Safi étant à cette époque le premier port de pêche africain et disposant d'un aéroport, notre jeune Abdelkarim se prend à rêver, et fait déjà preuve d'une très grande imagination et d'une grande envie de découverte. A sept ans il commence l'école publique (à Jerifat), et tout juste un an après, une anecdote surprenante et qui s'avèrera prémonitoire a lieu :

    Un vieux monsieur voisin de la maison familiale chez qui il va chercher le lait, dira à sa mère "ton fils deviendra un savant", il avait décelé chez le jeune enfant une volonté de s'en sortir et  de poursuivre ses études, un enfant différent en somme ... Cette volonté et cette différence, feront la fierté de sa maman.

2 : Études, arts,  une vie de jeune homme bien chargée

    Son enfance se poursuit paisiblement, jusqu'à son entrée au collège, et là, curieusement, ce n'est pas l'écriture qui sera sa première pratique artistique mais la musique, au sein du Conservatoire  de Safi. Très vite il y prend goût, et développe un talent évident, tant dans le chant que dans la pratique du Oud et d'autres instruments. Seul ombre au tableau, il refuse d'être mis dans une case, de devoir choisir un genre entre la musique arabo-andalouse et des chants plus traditionnels, lui se moque de ces "cases", il n'a qu'une envie, apprendre sans limite, il continuera tout de même le conservatoire jusqu'à la fin du lycée, faisant le bonheur du public lors de divers représentations. Lycée ou justementil fera ses débuts dans l'écriture, par des poèmes en langue arabe, tout en appliquant la devise "Mens sana in corpore sano", puisqu'il pratiquera aussi à un bon niveau de nombreux sports ( athlétisme, rugby, équitation...).

Après le lycée, direction la faculté pour une licence en littérature arabe, tout en poursuivant la musique, ayant la chance d'avoir comme professeur d'oud le grand musicien Azzedine Montasser. Cette double casquette littéraire et musicale ne le quittera plus jusqu'à aujourd'hui. Mais est-ce suffisant pour ce jeune homme plein de fougue et au cerveau en ébullition ? Évidement la réponse est non, et pour sa thèse il choisira un sujet bien plus vaste, étudiant les mythes par une approche structurale, prenant ses influences en Claude Lévi-Strauss, et bluffant ses professeurs le jour de la présentation, un premier succès, qui loin de le combler, ne fera  que développer cette soif de savoir et de travail.
En 1993 il fera ses débuts en tant que professeur de littérature arabe et d’éducation islamique en second cycle dans un lycée marocain de Safi .    Tout en donnant des cours de musique dans les écoles primaires, pour aider sa famille et partager cette autre passion.

3 : Une belle rencontre et direction la France...

    Sa vie aurait pu se poursuivre au Maroc, mais alors qu'il se perfectionne en informatique et surtout en langue française sur internet, il rencontre sur un forum linguistique celle qui deviendra  son épouse, Violette Corfdir, une Française travaillant au suivi psychologique des enfants et familles en France.

    Au départ il ne s'agit que d'échanges culturels, Violette ira une première fois découvrir le Maroc, avant un deuxième séjour, qui transformera cette passion commune pour la culture en amour fusionnel. Ne pouvant se passer l'un de l'autre, ils décident de se marier, et en 2004 viennent en France, pour le meilleur. Abdelkarim Belkassem fera de nombreux concerts en tant que musicien  d'oud dans un orchestre réputé, et ténor en chant arabe et oriental, et surtout il commencera réellement à écrire, encouragé par son épouse, en se mettant en disponibilité de l'enseignement,  il passera le plus clair de son temps à se documenter, écrire sans cesse....

4 : De son premier livre édité à maintenant

    ...Ce boulimique de travail aura la chance d'un premier roman édité assez rapidement, "Deux chats et les Hommes", en 2015 aux éditions Bellier, roman qui recevra un accueil plus que chaleureux, et qui déjà nous dévoile une chose qui ne le quittera jamais dans ses écrits : Au delà de l'aspect romancé de son œuvre, Abdelkarim Belkassem nous amène toujours à nous questionner (Qui est la bête entre le chat et l'homme...), à réfléchir et tenter de faire sortir le meilleur de nous-même.
Suite à ce premier succès, un deuxième éditeur intéressera à lui (Thot), lui permettant de s'essayer à un autre genre littéraire qu'il aime, le polar avec "La Bête et le Boss", là encore la réflexion est de mise, le style littéraire vraiment intéressant,  et comme dans chacun de ses ouvrages, il ouvre un large pont   avec sa vie, les lieux qu'il aime, des souvenirs (En l’occurrence notre belle Normandie). Chacun de ses livres dévoile une part de sa vie, même si ce n'est pas l'objectif, Abdelkarim Belkassem, souhaitant simplement nous amener à prendre possession de ses récits, à les vivre, bien plus que simplement les lire.

 Cela sera d'autant plus vrai avec les deux autres ouvrages déjà sortis à ce jour, "La Marche des Harraga" et le dernier "Amina Zouri, une histoire du Maroc " entre témoignage romancé de réalités de la vie marocaine,  enquête ethnologique, et une nouvelle fois, une réflexion sur l'humain en général, ainsi que sur nous-même. La suite me direz vous ? Une dizaine de romans sont déjà écrits et ne demandent qu'à sortir, on y retrouve toujours un certain coté professoral, ou éducateur dans le sens noble du terme, puisque notre auteur, ne peut écrire sans expliquer des situations, des comportements, ou    provoquer la réflexion comme nous l'évoquions plus haut, et ce pour notre plus grand bonheur. S'il a mis légèrement de coté la pratique musicale, c'est pour mieux se concentrer sur l'écriture qui au fil des romans est de plus en plus musicale ,(on ne chasse pas le naturel !), et il prévoit déjà d'autres livres... Un insatiable, on vous dit !


Les résumés officiels de ses romans :

Deux chats et les hommes (Éditions Bellier)

Cavalier, Abdelkarim Belkassem aime les chevaux tout  autant que ses chats, les hérissons et les oiseaux de son jardin. Ce roman met en scène des animaux familiers dans leurs relations avec les hommes.  Et surtout celles des hommes avec eux. Les privilèges accordés aux amis de la maison et du jardin mettent en relief ceux qui manquent entre les hommes. Si seulement nous avions autant de tendresse entre nous qu'envers Fiston, Fifille et le hérisson... comme le monde serait apaisé !

La Bête et le Boss (Éditions Thot)

En Normandie, une série de meurtres trouble la quiétude   des berges de la Seine. Un premier corps est découvert, rapidement suivi de deux autres : des hommes mutilés et tués par balle ou par arme blanche sont retrouvés dans un même secteur boisé, en bordure de la Seine. S'agit-il de rituels religieux, comme l'évoquent les riverains ? Ou de règlements de comptes de la Mafia qui sévit  actuellement à Rouen ? Mais les indices, loin d'aider les enquêteurs, orientent l'affaire vers une piste surnaturelle ! Lorsqu'un nouveau corps est retrouvé, le procureur nomme le commissaire  Bilal Pantouf pour diriger l'enquête. Ces meurtres, qui font écho à des cas qu'il a connus lors de ses débuts dans la police, mettent ses compétences à rude épreuve, d'autant qu'un mystérieux individu tente   de ralentir l'enquête par tous les moyens. Fausses pistes et rencontres étranges parsèment l'enquête du commissaire    Pantouf et l'entraînent le long des boucles de la Seine.

La Marche des Harraga (Éditions Thot)

Trois harraga marocains de Safi, "brûleurs de frontières" comme tant d'autres autour d'eux, se décident à prendre la route vers le nord de l'Europe. Leur vie - et les petits boulots au jour le jour, malgré des études supérieures -les désespèrent. Aucune perspective d'avenir. Saad, Nann et Jamal n'ont qu'une idée en tête : réussir, partir vers un avenir heureux et prospère. Leur marche, aux multiples péripéties africaines et européennes, dévoile le quotidien hasardeux d'un long  voyage sans argent où le rêve est le moteur de chaque pas. Vivre ou survivre ? Leurs efforts pour traverser le détroit de Gibraltar après le cheminement de Safi à Tanger sont inhumains et hors du commun. L'Europe ? De l'Espagne à la France, vers l'Angleterre... un havre de paix ou un nouvel enfer ?

Amina Zouri, une histoire du Maroc (Éditions Thot)

Amina Zouri ne raconte pas seulement la vie d'une femme, c'est également le portrait d'un Maroc dont on parle peu, celui du quotidien d'une famille pas tout à fait comme les autres, depuis les années 1900 jusqu'à nos jours. "Amina Zouri" n'est pas qu'une biographie, c'est presque une enquête ethnologique qui, à travers les yeux d'une femme, retrace l'histoire d'une famille de Chourafa, les descendants du Prophète. Amina Zouri est l'hommage d'un fils, mais aussi un témoignage romancé et bigarré de la vie populaire marocaine, arabe et berbère.


Abdelkarim Belkassem sur la toile :

    Pour vous procurer ses œuvres : https://www.decitre.fr/auteur/3210545/Abdelkarim+Belkassem

    Son blog : http://plumeetkalam.canalblog.com

    Youtube pour découvrir son travail, sa vie et sa musique aussi : https://www.youtube.com/user/Bakrim76/

    Éditions Thot : http://editionsthot.com/editions-thot/nos-auteurs/abdelkarim-belkassem

    Éditions Bellier : http://www.editionbellier.fr

In Alternatives 76 , Guillaume De Lucena

Pcc Abdelkarim Belkassem

 

DSCN1208

 

Posté par Bakrim76 à 21:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 avril 2018

Interview Zone Livre

 Karim4

Pouvez-vous me décrire votre parcours ?

Professeur de littérature arabe et d’éducation islamique, j’enseignais en second cycle dans un lycée marocain de Safi . Depuis 2004 je suis installé en France où en disponibilité de l’enseignement, je me consacre à l’écriture. J’ai écrit seize romans et essais dont quatre sont publiés aux éditions Bellier et Thot .

Comment vous est venue l'envie d'écrire ? A quelle période ?

J’ai écrit en arabe des poèmes et de la prose depuis l’adolescence, que je lisais en classe à la demande de mes professeurs puis adulte des romans en français.

Quelles étaient les lectures de votre enfance ?

Mes  lectures étaient principalement celle  d’un jeune Maghrébin, à l’école coranique de mes trois à cinq ans , puis de la littérature arabe et française puisque nous sommes bilingues dès la troisième année de primaire  (CE2) .

Quel est votre "modus operandi" d'écriture ? (Votre rythme de travail ? Connaissez-vous déjà la fin du livre au départ ou laissez-vous évoluer vos personnages ?)

La plupart du temps j’écris la nuit, et peux parfois écrire en pleine journée. Je ne connais pas la fin. Je commence avec une idée qui sera le sujet principal du roman et le fond  de l’écrit. Le texte évolue au fur et à mesure selon les personnages et les faits.

 Quel est l’influence de vos origines dans vos écrits ?

L’influence vient des récits sur les héros arabes ou du monde que j’ai entendu des conteurs ambulants dans notre quartier ou notre ville. Ainsi que  des petites histoires populaires raconter de différentes façons, entre autre, par  ma grand-mère, ma mère ou autres.

 Quelle est la genèse de votre  roman policier "La Bête et le Boss " ?

Le désir d’écrire un roman policier. Ce qui est un défi, puisque je considère qu’un écrivain de polar est un vrai romancier.

Je voulais intégrer dans mon  roman "La Bête et le Boss ",  les lieux que je préfère, pour passer des moments agréables de repos et de distraction. On peut même visiter les lieux rouennais et normands.

 Y a-t- il des personnages qui existent vraiment, dont vous vous êtes inspiré ?

Non.  Le personnage principal dans le roman est Bilal, le commissaire, un jeune d’origine marocaine… Pour la Bête et pour le Boss, c’est à découvrir en le lisant !

 Le parcours a-t- il été long et difficile entre l'écriture de votre livre et sa parution ?

Heureusement,  non.

 vez-vous reçu des remarques surprenantes, marquantes de la part de lecteurs, à propos de vos romans ?

Pour mes trois romans, "Deux Chats et les Hommes ", "La Marche des Harraga ", " Amina Zouri , une histoire du Maroc "  qui ne sont pas des polars , les retours ont été positifs pour le style la forme de l’écriture . On m’a dit que ces romans étaient touchants et apportaient de l’émotion .

" La Marche des Harraga "est choisi pour la préparation du CAPES et de  l’AGREGATION 2018 . ( enseignants d’histoire )

" La Bête et le Boss " est aussi, exceptionnel dans son genre et  son style. Le suspense reste du début jusqu'à la fin.  Qui est la bête des deux ?  C’est d’ailleurs la phrase qui résume et avec laquelle  je dédicace, c’est que la Bête ne l’est qu’aux yeux des autres qui la jugent.

 Avez-vous d'autres passions en dehors de l'écriture (Musique, peinture, cinéma...) A part votre métier, votre carrière d'écrivain, avez-vous une autre facette cachée ?

Je suis musicien arabo-andalou et oriental. Je joue de  l’oud, un instrument arabe et pratique de l’instrument de rythme.

J’étais avec l’orchestre arabo-andalou de ma région au Maroc, Abda- Doukkala .

Je suis un fan de voyage et je fais le tour du monde dans ma voiture, comme avec mon esprit et ma culture. Aucun limite pour mes connaissances que ce soit  de la terre, ou les  peuples.

 Quels sont vos projets ?

 Mes projets sont mes livres où j’exerce ma volonté de professeur et d’éducateur. Mes écrits sont mon histoire , celle que j’aimerais laisser aux générations futures.

 Quels sont vos coups de cœur littéraires ?

Les poètes et les écrivains arabes classiques et contemporains. La philosophie grecque, les sciences dont l’astronomie.

La littérature occidentale, Victor Hugo, Hector Malo, Pierre Corneille … et les écrivains contemporains, sans limite .

 Une bande son pour lire en toute sérénité votre roman ? A moins que le silence suffise ?

 Le son est dans les phrases  du roman et l’action est le rythme qui lie les faits du début à la fin.

Abdelkarim Belkassem

Par Jérôme Peugnez www.zonelivre.fr/universdesromanspoliciers

 

writing-with-pen-and-computer

 

 

Posté par Bakrim76 à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 avril 2018

Les vidéos du Salon de Turretot

Turretot30440984_1970196423299203_7190128853432563382_n

 

Abdelkarim Belkassem

Turretotcarte-mini-Turretot-200px

Posté par Bakrim76 à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 avril 2018

Turretot , le salon

flyer salon du livre

Un accueil très chaleureux de l'équipe associative "Un mot.Une page". Tout a été mis en oeuvre pour que le salon soit convivial et sympathique .

Installation au calme

DSCN1232

DSCN1234

Des documents anciens sur Safi , de la période du roman "Amina Zouri , une histoire du Maroc"

DSCN1239

DSCN1240

DSCN1241

Photo de groupe, les auteurs

DSCN1244

Les auteurs et le journaliste de Fécamp

DSCN1245

Turretot30440984_1970196423299203_7190128853432563382_n

Photo "Un mot. Une page "

Turretot30264526_1970196463299199_1872653756788255246_n

Photo "Un mot. Une page "

Turretot30264687_1970196409965871_7024798837392071687_n

Photo "Un mot. Une page "

Turretot30571383_1970196459965866_4609748865595805518_n

Photo "Un mot. Une page "

Buffet et convivialité

DSCN1242

Marie Murski

DSCN1237

Abdekarim Belkassem

Turretot49523774

 

 

Posté par Bakrim76 à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]