DSCN2010

Un article de presse. Félicitations à Caroline Dubeaurepaire et son équipe .

 

DTR Bouquinerie : la caverne d’Ali Baba des amoureux des livres, sur le plateau Est de Rouen

La bouquinerie est ouverte depuis 1992 à Quévreville-la-Poterie, sur le plateau Est de Rouen (Seine-Maritime) et attire tous les mordus de lecture en pratiquant des petits prix.

dtr-bouquinnerie1-854x569

Romans, mangas, bande dessinées… à la DTR bouquinerie de Quévreville-la-Poterie, sur le plateau Est de Rouen (Seine-Maritime) difficile de ne pas trouver son bonheur. (©Maxime Cartier/Le Bulletin de l’arrondissement de Rouen. )

Ouvert depuis 1992 à Quévreville-la-Poterie, sur le plateau Est de Rouen (Seine-Maritime),  l’ancien « débarrasse tout rapidement » a trouvé son compte dans… les « bouquins ». Depuis plus de 20 ans, la DTR Bouquinerie attire amateurs et mordus de lecture. Et il y en a pour tous les goûts !

Des livres à perte de vue. À ne plus savoir où porter l’œil. À moins de venir avec une acquisition précise en tête, difficile de prédire la durée estimée pour parcourir les quelque 450 m² d’ouvrages. Impossible également de connaître par avance le nombre de livres qui figureront dans son panier. Car oui, à la DTR Bouquinerie de Quévreville-la-Poterie, on achète des livres comme on achète des légumes au supermarché, avec un panier. Mais aux prix les plus bas.

Plus de 600 000 livres disponibles

Avec plus de 600 000 livres dans ses locaux, Caroline Dubeaurepaire a de quoi vendre, un peu trop même.

"Ce sont les particuliers qui viennent en boutique se débarrasser de leurs livres, affirme la gérante de la bouquinerie. On ne vend que de l’occasion, pas de neuf. Et puis on a déjà largement à faire ! 

En 2001, lorsque Caroline Dubeaurepaire a commencé à travailler dans cet espace appartenant auparavant à son père, il était évident qu’elle reprendrait un jour l’affaire familiale. C’est ce qu’elle a fait en 2015. Anciennement dépôt-vente, son père vendait du mobilier et des livres. Mais il s’est vite aperçu que les précieux ouvrages représentaient la majorité de son chiffre d’affaires.

Avec l’arrivée des géants du mobilier, il a décidé de se spécialiser uniquement dans les livres. Mais attention, sa fille préfère parler de « bouquins », « qui ont une richesse intérieure et une âme, avec un vécu, confie la jeune femme. Le bouquin, c’est aussi celui qu’on ne réussit pas à trouver en vente partout. "

Des valeurs familiales et authentiques

Dans ce commerce où les valeurs familiales et authentiques demeurent, le concept de la boutique est simple : les livres doivent avoir une nouvelle vie. Quand un particulier souhaite en vendre un, il doit être en bon état. Sont interdits les encyclopédies (hormis format poche) et enfin, la propriétaire doit donner son accord, selon ce qu’elle a en stock et si elle ne possède pas déjà l’article en question. Si un vendeur se voit refuser l’achat d’un de ses produits, la propriétaire n’hésite pas à lui en expliquer les raisons. Elle l’oriente notamment vers des associations ou des boîtes à livres, toujours dans ce souci de donner une nouvelle chance au livre.

Des prix attractifs

« Je veux faire tourner la boutique à flot » affirme avec conviction la jeune femme. Avec près de 45 000 ouvrages vendus entre 20 centimes et un euro, difficile de proposer un tarif plus concurrentiel.

Chaque jour, environ 200 livres arrivent ici, ajoute-t-elle, tout sourire. On vend à des prix bas pour satisfaire tout le monde, mais aussi afin de faire de la place rapidement. Parfois, nous sommes obligés de faire attendre plusieurs jours des clients pour qu’ils puissent vendre leurs livres, car nous n’avons pas non plus une place infinie. 

Une course à la montre permanente entre arrivées et départs d’ouvrages. Hormis ces prix très intéressants, certains livres sont vendus à 3 €, 5, 10… jusqu’à une soixantaine pour les plus rares. Mais peu importe la valeur, si l’un d’entre eux ne part pas dans les six mois, son prix va dégringoler. Toujours dans l’optique de faire de la place mais aussi de donner une nouvelle vie au bouquin.

Une clientèle fidèle

Posée, multigénérationnelle, sans prise de tête et non grincheuse : c’est ainsi que la gérante pourrait définir sa clientèle. Enfants, parents, seniors. Peu importe leur âge, la passion du livre est là. En période scolaire ou non, la boutique reçoit de nombreux visiteurs chaque jour, « même si l’hiver ou lorsqu’il y a un match de l’équipe de France de football, il y a moins de clients » reconnaît Caroline Dubeaurepaire.

La bouquinerie a su d’ailleurs au fil des années fidéliser ses clients. Avec sa collègue Sandrine Carneiro (qui était là dès 1992), elles savent toutes les deux accueillir chaleureusement les clients, avec une boisson chaude ou une madeleine par exemple. Elles prennent plaisir à discuter, donner des conseils, toujours dans l’optique de rendre service et de faire passer un agréable moment aux visiteurs.

« Parfois, certains clients vont rester un après-midi entier à chercher des livres »

Prendre son temps, c’est aussi une des bases dans la bouquinerie. « Parfois, certains clients vont rester un après-midi entier à chercher des livres. D’autres font le plein car ils ne pourront pas revenir de sitôt. Pour les nouveaux, je me souviens un jour en avoir vu faire un tour dans le magasin et revenir vers moi en me disant : ″on va faire une liste et revenir chez nous car là, nous n’étions pas prêts face à tous ces livres″ », explique-t-elle.

De multiples services

Si les ventes se déroulent bien en boutique, il est également possible de trouver son bonheur via le site Web de la bouquinerie ou sur la page Facebook, grâce au service « book drive ». 

Dans la semaine, nous allons prendre en photos nos nouveaux arrivages et les publier sur Facebook et notre site, déclare Caroline Dubeaurepaire. Nous avons des clients qui ne sont jamais venus en magasin mais qui achètent chez nous.

Des bibliothèques aux particuliers venant de chaque recoin de l’Hexagone, tout le monde y trouve son compte. Mais attention, parfois « c’est la bagarre pour se procurer un livre, notamment quand ils sont destinés aux enfants » s’étonne encore aujourd’hui la propriétaire.

Pour faciliter encore plus les ventes en ligne, la jeune femme a mis en place, il y a environ trois ans, un service de livraison. Gratuit, à domicile, sur le lieu de travail du client ou dans un point de rendez-vous. Le client a l’embarras du choix. Chaque matin, elle s’occupe de gérer les réservations et livraisons des différents ouvrages.

Enfin, depuis le mois de juin, l’auteur Philippe Kauffmann a été l’initiateur d’un nouveau service proposé dans les locaux quévrevillais : la mise en place de séances de dédicaces. Caroline Dubeaurepaire l’assure, elle ne prend aucune commission sur ces séances, qui ont pour l’instant été organisées à trois reprises avec l’initiateur, Abdelkarim Belkassem ou encore l’écrivain de Quévreville-la-Poterie, Patrick Coiffier. L’objectif est simplement de donner une visibilité aux auteurs, dans un lieu qui a tout de même acquis une certaine renommée au fil des années.

Pour ceux qui ne connaissent donc pas encore la bouquinerie, n’hésitez pas à venir pousser la porte et découvrir ce lieu exceptionnel… Mais prenez garde, vous savez quand vous y entrerez, mais pas quand vous en sortirez.

Maxime Cartier

Infos pratiques DTR Bouquinerie :
3 rue du Fresnay,
Quévreville-la-Poterie
Ouvert du lundi au vendredi de 13 h à 19 h
Site web : www.dtrbouquinerie.com ou sur Facebook : DTR-Bouquinerie-Quévreville-la-Poterie

Tél : 02 35 79 12 37. 

pcc Abdelkarim Belkassem

stackbooks