ro

Le passage d'un auteur d'une maison à une autre se négocie ferme. Un transfert est révélateur de tout un pan économique de l'édition, qui n'a pas peur de l'outrance.


Un changement d’ "écurie", semble fondé avant tout sur des questions d’affinités personnelles . Pourtant  celui du Brésilien Paulo Coelho, arraché par Flammarion (propriété de Rizzoli) , à Anne Carrière, face aux moyens déployés par le groupe italien pour séduire l’auteur de L’Alchimiste (8 millions d’exemplaires vendus en France), l’amitié qui liait ce dernier à son éditrice n’a pas pesé lourd, il y a plus de dix ans .
Gallimard  a été délesté de deux auteurs à succès. Alexandre Jardin, (Le Roman des Jardin) a été recruté par Grasset.

On ne connaît pas le prix de ces transferts. Quoi qu’il en soit, certains écrivains ont des agents, des imprésarios, et les éditeurs sont prêts à leur offrir des ponts d’or pour les faire écrire sous leurs couleurs.

Pour obtenir les droits du nouveau roman de Michel Houellebecq, (La Possibilité d’une île), et le faire quitter Flammarion, Fayard a mis dans la balance un million d’euros et promis une adaptation a cinéma.

Certains auteurs changent d'éditeur , non pour l'argent mais parce qu'ils ont  la chance d'en trouver un pour les publier .

Le livre , c'est comme le foot !

Abdelkarim Belkassem

240_F_132049370_p4a0xibdx4QWbg9qTscYrcqJaK3QlKDR